Critique – 17.08 – Klangforum Wien

Le Sion Festival | 15 août - 2 septembre 2018 |Valais

Klangforum

Critique – 17.08 – Klangforum Wien

Au programme,  le Winterreise de Schubert dans l’arrangement qu’en a fait le compositeur allemand Hans Zender en 1993, est interprété par le Klangforum de Vienne, dirigé par son chef Emilio Pomàrico et en soliste Johannes Chum, ténor. Cette version passionnante de l’œuvre de Schubert surprend plus d’un auditeur par son abord déconcertant. L’orchestration est d’une grande richesse. Très variée dans les timbres, avec des ajouts au début des Lieder pour créer l’atmosphère, les poèmes sont portés par le ténor comme par un récitant qui doit laisser une partie de l’expression aux instrumentistes. Des sonorités insolites faisant se côtoyer l’accordéon, le trombone à coulisse, la clarinette basse ou des dialogues entre la guitare et la harpe soulignent le sens de certains mots. Les cordes sont utilisées souvent « col legno ». Cela donne une magie et crée un univers qui plonge l’auditeur dans un monde onirique.

La voix de Johannes Chum est belle, souple et sa diction d’une qualité remarquable. Il donne une expression simple qui maintient la ligne tout au long de l’œuvre. Emilio Pomàrico est habité par cette musique et en a fait une interprétation très émouvante, avec son orchestre rôdé à la musique contemporaine. Pour que la tension ne se perde pas, on aurait aimé avoir parfois des enchaînements plus rapides entre les lieder. Cette découverte a eu un grand impact sur le public dont l’écoute attentive était perceptible. Le Festival a pris certains risques dans sa programmation cette année et entraine le public dans une voie de nouveautés qui sortent des pièces conventionnelles.