Kremerata Baltica & Mädchenchor Hannover

Le Sion Festival | 18 août - 3 septembre 2017 |Valais

Kremerata Baltica & Mädchenchor Hannover

  • Date: 20 - Août - 2017
  • Heure: 17:00
  • Lieu: Cathédrale, Sion
  • Salle: Kremerata Baltica & Mädchenchor Hannover
  •  Billetterie

Artistes

  • Gidon Kremer, violon
  • Roberta Invernizzi, soprano
  • Kremerata Baltica
  • Mädchenchor Hannover
  • Martynas Stakionis, direction

Oeuvres

  • Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    • Missa brevis en si
    • Alma grande e nobil core
    • Voi avete un cor fedele
  • Mieczysław Weinberg (1919-1996), Trois préludes
  • Arvo Pärt (*1935)
    • Fratres
    • Peace Upon You
  • Gabriel Fauré (1845-1924), Messe des pêcheurs de Villerville

Le répertoire pour chœur est d’une grande richesse et ses sources d’inspiration n’ont jamais cessé d’évoluer selon les lieux et les temps ; toutefois, la musique liturgique constitue une constante dans la littérature chorale dite savante. La pérennité de l’institution de l’Eglise a en effet permis au genre de la messe chantée de se développer sur plus de six siècles – la première d’entre elles, la célèbre Messe de Nostre-Dame de Guillaume de Machaut, datant des années 1360.  Le programme de ce concert propose deux exemples de messes d’époque et de style très différents ; elles démontreront ainsi les possibilités que la mise en musique des textes rituels de l’Eglise catholique offre à des compositeurs sensibles. On entendra l’une des multiples petites messes qui ont jalonné la carrière de Mozart, la missa brevis in B, caractérisée par son écriture dévouée aux voix d’enfants, puis la messe des pêcheurs de Villerville, composée à quatre mains par André Messager et Gabriel Fauré, pour les femmes de Villerville – où les deux hommes passaient des vacances. Les textes dans les deux cas sont semblables, et recoupent les éléments dits « de l’ordinaire » – car systématiquement présents, quelle que soit la messe : se succèdent ainsi kyrie (imploration de la miséricorde divine), gloria (exaltation de la grandeur de Dieu), credo (affirmation des croyances partagées par la communauté des fidèles), sanctus (chant des anges entourant le trône de Dieu), agnus dei (évocation du sacrifice du Christ, immolé pour racheter l’humanité souffrante).

La musique d’Arvo Pärt est idéale pour accompagner ces messes. En effet, extrêmement méditative, elle incite au recueillement. Le motet Peace upon you Jerusalem est écrit sur le texte du Psaume 122 : Quelle joie quand on m’a dit, allons vers la maison de Yahvé

Quant à Fratres (frères), il s’agit très certainement de la pièce la plus connue du compositeur estonien. Conçue pour trois voix mais sans instrumentation déterminée, plus de 17 versions en ont été dénombrées jusqu’à ce jour. Le titre, mystérieux, s’adresse peut-être à Benjamin Britten, disparu quelques années avant la composition de cette musique et auquel Pärt se sentait lié par une secrète fraternité. Chef-d’œuvre du style minimaliste, cette musique se déploie sur la base d’un matériau d’une simplicité déroutante, un bourdon de deux notes – la et mi –  sous-tendant toute la pièce.

 

Site internet de Gidon Kremer

Site internet de Roberta Invernizzi

Site internet de la Kremerata Baltica

Site internet du Mädchenchor Hannover